Suite à une conférence à la biennale de la démocratie de Turin en 2013, Marc Augé, anthropologue engagé dans le monde contemporain, a souhaité prolonger ses pensées dans l’écriture de cet essai intitulé “l’avenir des Terriens, fin de la préhistoire de l’humanité comme société planétaire”.

Une vision optimiste de l’évolution possible de notre monde

Cet essai offre une vision optimiste de l’évolution possible de notre monde, face au chaos que connaît notre planète à l’heure actuelle : réchauffement climatique, guerres, terrorisme, violences, catastrophes naturelles…Selon sa vision profondément optimiste, l’humanité vit aujourd’hui les derniers soubresauts qui accompagnent l’émergence d’une nouvelle société planétaire.

L’homme générique

Au cœur de sa vision, se dessine le concept d’un “homme générique”. Un homme universel qui face aux différences, prône une fraternité de l’humanité. Conjuguer chez l’homme 3 dimensions de l’humain, sa dimension individuelle, sa dimension sociale et relationnelle et sa dimension générique pourrait contribuer à l’émergence d’une société solidaire, selon lui, seule solution viable pour affronter les défis de demain.

A travers le concept de cet “homme générique”, Marc Augé pose la question de la finalité de l’existence humaine.

Une société qui ne serait plus structurée par la religion

Marc Augé poursuit sa vision en invoquant une société qui ne serait plus structurée par la religion. La sortie du religieux lui paraît évidente tôt ou tard. Marc Augé, dans une interview donnée dans le Journal le Monde explique : “Le monothéisme est prosélyte et un grand nombre de nos malheurs viennent de là. Le prosélytisme armé, le djihadisme est un anachronisme meurtrier, périlleux et sans avenir. La sortie du religieux me paraît évidente tôt ou tard.”

L’accélération du progrès : un changement d’échelle imposé par la globalisation technologique.

De plus, le développement du numérique et des réseaux amènent l’homme à penser à l’échelle planétaire. Le lieu géographique comme expression du lien social en est bouleversé. Parallèlement et paradoxalement, les hommes communiquent davantage dans l’instantanéité et l’homme n’ose plus se projeter dans l’avenir. Peut-être est-ce pour mieux pour pratiquer l’hypothèse véritable et révisable selon la méthode de l’investigation scientifique ?

L’éducation pour tous

Selon Marc Augé, le monde d’aujourd’hui est divisé en 3 catégories : les puissants, les consommateurs, les exclus. Pour lui, la seule utopie valable serait celle de “l’éducation pour tous […], dont la réalisation est […] susceptible de freiner, puis d’inverser celle de l’utopie noire qui semble parfois aujourd’hui encore en voie de se réaliser, d’une société mondiale inégalitaire, majoritairement inculte, illettrée ou analphabète, condamnée à la consommation ou à l’exclusion, exposée à toutes les formes de violences prosélyte, de régression idéologique et en fin de compte, au risque de suicide planétaire”

Ce manifeste humaniste expose des vérités essentielles de notre monde. A sa lecture, nous prenons conscience d’appartenir à la même planète, de notre responsabilité, du rôle essentiel que chacun d’entre nous peut jouer pour nous dessiner un avenir meilleur pour nous même, habitants de la Terre.

Salima Cosadia est la fondatrice d’ “Un Autre Regard Sur Notre Monde”. 

Passionnée par les technologies de l’information et de la communication, elle en fait son métier. Aujourd’hui, elle accompagne les entreprises dans le domaine de la veille de l’information et la stratégie de contenu.

Sa fibre humaniste conjuguée à sa passion du monde digital la conduit tout naturellement à créer ce média “Un autre regard sur notre monde” qui valorise les initiatives pour la Terre et le mieux-être humain.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here