Je t’ai trouvé. Tu étais dans mon cœur

Qu’il s’agisse d’observer l’humanité collective ou les individus que nous sommes, l’ère de l’hypocrisie se doit de toucher à sa fin. Celle qui consiste à croire ou espérer que quelqu’un ou quelque chose, d’autre que nous-mêmes interviendra un jour, pour tout changer dans nos vies.

Là est l’utopie.

Toutes les rubriques qui composent nos quotidiens sont concernées par cette évidence spirituelle. Que notre intention, soit de faire grandir nos relations à la famille, nos amours, nos professions, notre prospérité, nos enfants, notre corps…il sera, toujours question d’ouvrir les ailes de notre esprit qui siège en plein cœur.

Ce choix ouvre les portes d’un amour intègre à partager à l’autre.

L’abondance née alors de ce qui est donné et plus de ce que l’on attend de recevoir.

Il transforme l’illusion de la victime suppliant des bourreaux de cesser leurs offices, en responsable agissant dans l’amour de la vie.  Il l’incarne, alors,  en participant avec bienveillance à l’évolution d’une communauté, quel qu’en soit sa taille.

Revenir à soi n’est pas un long fleuve tranquille. Là aussi, il est serein de cesser de croire qu’il s’agit d’un état constant qui, une fois recouvert s’installera pour toujours.

Nous parlons sans cesse d’infini et d’éternité, quand il est question d’éveil et de conscience. Il s’agit, donc bien, de grandir dans le respect de cette base spatiale/temporelle.    

Nos êtres intérieurs ne peuvent que s’épanouir dans un paradoxe profond, leurrées par des quêtes d’états de paix qui auraient des finalités.   

Merci à Doc dans ce fameux film, « Retour vers le futur » d’insister sur ce qu’est le «Continuum espace temps ou continu homme espace temps ».

Vivre avec soi pour vivre ensemble. C’est valable pour chacun des humains solitaires que nous-sommes, comme c’est le cas pour toute l’humanité une.     Une raison d’être de chaque jour et non une solution idéale à trouver pour l’éternité.

Combien de fois se dit-on, lorsque l’état de conscience nous échappe:

« Je croyais avoir résolu tel ou tel chose en moi. »

Cela amène irrémédiablement à des sensations de chutes intérieures qui peuvent déclencher l’abandon de l’ouverture à soi, et parfois, aller bien plus loin encore.

L’élévation et son juste équilibre, la chute, une fois repositionnée dans son cycle naturel retrouve son existence originelle, la respiration de la vie. N’est-elle pas faite d’inspirations et d’expirations ? Les vagues de nos océans ne sont-elles pas faites de cimes et de creux ? Tout comme nos montagnes, n’ont-elles pas pour origines nos volcans ? …

Soyons sincère, nous sommes à l’image de notre terre. C’est bien dans nos cœurs que nous pouvons trouver cette évidence qu’est la vie. Là, laisser parler en nous, ramène à la ré-observer et lui donner vie, au dehors, dans ce qui, justement nous appelons, la vie.

Le juste n’est plus caché par un juge qui depuis l’origine de la vie sur terre et son évolution, n’à en fait jamais existé et ne sera jamais.   Tout est juste à partir du moment où nos quêtes de vies qui s’expriment à l’extérieur ont pour source motrice, nos cœurs.

«  Le  juge-ment » s’effondre pour que le regard du cœur s’exprime. Il a toujours été et sera à l’éternité l’unique regard que la vie porte en son sein. Le nier, c’est donner toute la force d’exister aux offices de bourreaux. Ce que l’on craint n’est pas l’illusion de ce géant, mais de notre cœur qui nous dit :

«  Sois, toi-même, car jamais je ne te lâcherais. »

Retourner dans la puissance de nos cœurs qui portent la responsabilité naturelle de la vie, c’est laisser s’effondrer le mirage de géants aux pieds d’argile.

Mehdi Agag, écrivain conteur

Mehdi Agag est écrivain et conteur. Son expérience de vie forge sa vision particulière du monde : un regard sans jugement. Il livre dans ses écrits la plus belle part de lui.

Toujours prêt à tendre la main, il exerce également une fonction de thérapeute. Il guide et accompagne les personnes désireuses de s’ouvrir à cette part inconnue et extraordinaire que nous avons tous en nous, qui brille de mille feux, mais que nous n’osons parfois pas approcher par peur de l’inconnu et de notre propre potentiel

Sur son blog, ecrivainconteur.net, vous trouverez ses écrits, ses contes qui portent en chacun d’eux, une leçon de vie.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here