Une quête intègre et vivante

 Présent et cadeau 

Deux qualificatifs qui mesurent l’unique temps de la vie.

Appelons-le, l’amour.

C’est inscrit dans la notion universelle qu’est l’infini.

Tout tend toujours vers plus ou moins grand, beau, vide, plein, doux, dur…

C’est le grand livre de l’équilibre.

Nous sommes véritablement à l’image de notre terre. Elle est la mère de tout ce qui est vivant. Nous vivons, comme elle, des jours et des nuits, du calme et du tourment, du plein et du vide, des hauts et des bas…

C’est dans cette double conscience, qu’est la notion de vivant à l’infini et d’équilibre dans chaque chose, que nous pouvons revenir en nous.

L’espace de non jugement est alors ouvert. Il nous porte pour être, grandir, s’éveiller, faire, créer, avoir, obtenir sans plus juger l’état dans lequel on se trouve.

L’un servant justement l’autre, sans jamais vouloir en être propriétaire.

N’observant plus la vie comme une compétition, il n’y a plus dans ce regard sur soi, aucune culpabilité à de soit disant échecs ou réussites.

Cette ouverture consciente met en lumière, que personne n’est, en fait, coupable de quoi que ce soit. Ces fausses croyances sont alors reléguées comme étant, les fruits de choix humains en souffrance à une époque lointaine.

Nous nous transmettons cette souffrance, comme un relai, de générations en générations.

Il est justement question à notre époque de ce changement. Celui de dire, non à l’ère du guerrier tenant à tout prix pour avoir, à celui du chevalier heureux d’être responsable du bon déroulement de la création sur terre.

Celui qui se réveille se souvient naturellement de cette responsabilité. Il sait qu’elle lui incombe.

Le ciel et son reflet la terre sont unis. Ils matérialisent la plus belle danse qui soit, celle du mouvement de la vie. Celle d’un amour fait de palpable abondant et d’invisible subtil.

Le mariage céleste d’un soleil en plein ciel et d’un autre logé dans le ventre d’une mère créant de la vie à son image.

Heureusement pour nous tous que le soleil au dessus de nos têtes, ne se juge pas quand des météorites explosent dans sa vastitude.   Nous aurions à faire à un niveau de colère sans pareil.

Pour notre terre, là aussi, heureusement qu’elle porte un regard bienveillant sur ce qui se passe sur sa peau. Imaginez, la voir refuser ses ouragans ou irruptions volcaniques. Elle procéderait à son propre suicide en bloquant elle-même son processus naturel de vie.

Ne serait-ce pas ce sacro saint jugement que nous avons choisit de nous transmettre, il y à bien longtemps qui conspire à ce suicide collectif inconscient.

Refuser d’être fait de jours et de nuits, de hauts et de bas, de joies et de tristesses… Tenter l’avoir sans plus passer par l’être, tout cela sous le couvert du toujours plus fort, plus grand… Qu’elle grande utopie.

Ne sommes-nous pas une famille d’êtres en mouvement dansant sur l’abscisse et l’ordonnée de la vie utilisant le niveau zéro pour le repos, qu’est le sommeil.        Plutôt qu’une armée de soldats s’obligeant à maintenir  la tête droite en toutes circonstances.

Notre sang est rouge comme la lave du noyau de notre terre ou le soleil de notre ciel.  Qu’en pensez-vous, si on arrêtait de faire semblant. Revenons dans notre réelle quête du vivant faite de ses questions et réponses qui le sont tout autant.

Nous sommes faits de :

«  Je sais cela. » – «  Je ne sais pas cela. »

«  Je sais faire cela. » –  «  Je ne sais pas faire cela »

«  Je suis joyeux de vivre cela. » – « Je suis triste de vivre cela. »

«  C’est fait pour moi. » – « Je n’ai rien à voir avec cela. »

À l’infini et jusqu’à la fin des temps qui en fait n’a jamais eu et n’aura jamais ni commencement, ni fin. C’est ainsi, pour toujours.

Mehdi Agag

Mehdi Agag, écrivain conteur

Mehdi Agag est écrivain et conteur. Son expérience de vie forge sa vision particulière du monde : un regard sans jugement. Il livre dans ses écrits la plus belle part de lui.

Toujours prêt à tendre la main, il exerce également une fonction de thérapeute. Il guide et accompagne les personnes désireuses de s’ouvrir à cette part inconnue et extraordinaire que nous avons tous en nous, qui brille de mille feux, mais que nous n’osons parfois pas approcher par peur de l’inconnu et de notre propre potentiel

Sur son blog, ecrivainconteur.net, vous trouverez ses écrits, ses contes qui portent en chacun d’eux, une leçon de vie.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here